top of page
Rechercher

Ou ce que l’on déteste le plus en nous


Nous jouons tous un rôle, pour se faire une place, être aimé, répondre à la demande, voire pour survivre.


Nous devenons ainsi un personnage taillé sur mesure, bien sous tous rapports, ou bien le râleur ou la râleuse de service.


Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise personne derrière ces apparences, chacune fait juste comme elle peut, avec son joli costume ou bien son armure bien épaisse.


Ceci au détriment du contraire, la face cachée, qui existe pourtant en chacun de nous.


Seulement, quand le costume devient trop étroit ou bien trop lourd à porter, il est bon d’aller voir cette facette de nous, jetée dans le puit de notre inconscient, qui a appris à se taire, à disparaître, qui fait honte, qui est faible, misérable, détestable, agressive, laide, ou paresseuse.


Car la bête trop brimée risque de se retourner contre son bourreau : nous-même. Et c’est là qu’on commence à faire n’importe quoi, on dépasse les limites, on perd le contrôle…


Alors, pour apaiser cette part de nous et retrouver l’équilibre, il est bon d’aller à sa rencontre, de la reconnaître, et d’entamer le dialogue.

Cela peut demander un certain courage, mais la regarder en face nous permet d’éclairer l’ombre, et de l’apaiser.


Et quand ça fait la paix dedans, tout devient plus calme avec le dehors…


Bien à vous

Nathalie Filippi-Paoli

Commentaires


bottom of page